Les couches lavables, changeons nos habitudes !

 

La ville de Bourg-en-Bresse et Organom désirent accompagner les crèches qui le souhaitent vers l’utilisation de couches lavables avec l’aide de l’association FRAPNA.

 

Petit rappel :

 

couches1

En France, plus de 3 milliards de couches jetables sont vendues chaque année ce qui génère plus de 1 million de tonnes de déchets. Les couches jetées sont des déchets non valorisables. Elles représentent sur le territoire d’Organom plus de 3000 tonnes de déchet par an.

 

Les couches lavables permettent de passer de 1650 kg de matières premières par enfant à 90 kg et de diviser par 2 sa consommation d’énergie.

Sur le plan sanitaire, les couches lavables sont perçues comme étant plus "respirantes" pour l'enfant  et favorise leur propreté. 

Grâce à la FRAPNA et le syndicat Organom, une première expérimentation "couche lavable" a été faite avec deux crèches du territoire : « A p’tit pas » à Montrevel en Bresse et « L’Arc en ciel » à Ambérieu en Bugey car la part des couches jetables dans une crèche représente 70%. 

 

Résultats

Moins de déchets !

Entre 140 et 200 grammes évités par change ce qui pourrait représenter entre 2 et 4 tonnes de déchets/an pour chaque crèche.

Par ailleurs, le coût global annuel du change lavable reste au moins deux fois supérieur au change jetable ; ce dernier nécessite un coût d'investissement de départ mais qui sera rentabilisé sur la durée (une couche lavable coûte environ 25€). C'est pourquoi la première année, les crèches peuvent bénéficier d'une subvention de l'ADEME.

Le personnel est amené à changer souvent les enfants, en moyenne toutes les deux heures ce qui nécessite une organisation différente mais selon Sandrine Comby, directrice adjointe du multi-accueil de la crèche de Montluel "l'équipe n'a pas le sentiment de perdre du temps ou d'y passer plus de temps (...) nous nous sommes organisées différement". 

Une deuxième expérimentation pourrait être proposée dans une structure plus récente avec l’ensemble des sections lavables. De plus, Organom et la FRAPNA proposent de maintenir un accompagnement en vue d’étudier une solution adaptée pour les crèches de Bourg-en-Bresse.