Tremplin : lutter contre l’exclusion par la collecte et la valorisation des textiles

En septembre 2017, Tremplin a fêté sur l’Esplanade de la Comédie de Bourg-en-Bresse ses 30 ans, avec un défilé collaboratif où des mannequins portaient fièrement les créations issues de l’atelier de couture de l’association. Nous sommes allés à la rencontre de Catherine Dumas, responsable du pôle de l’Insertion par l’Activité Économique, pour en apprendre davantage sur cette association qui collecte et valorise les textiles sur notre territoire.

 

Tremplin logo

 

Quels sont les domaines d’action de l’association Tremplin ?

 

Catherine Dumas : « Tremplin est organisé en 3 pôles :

- Le pôle « urgence sociale » est chargé de l’hébergement (en urgence et en insertion) et du logement. Tremplin dispose d’un centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS), ouvert 365 jours par an et 24h sur 24, qui propose notamment un accueil de jour ou encore un restaurant social. Par ailleurs, le service logement propose un accompagnement dans les démarches ainsi que des logements en sous-location.

- Le pôle « parcours » propose un accompagnement destiné aux bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), avec une aide pour le retour à l’emploi, et met à disposition des infirmiers agents de santé.

- Le pôle « insertion par l’activité économique » s’occupe des différents ateliers qui emploient 160 personnes, avec des missions très variées : collecte et tri des vêtements, couture, restaurant solidaire (cuisine, service, plonge), vente dans les boutiques, maraîchage bio, etc. »

 

Que deviennent les textiles, linges de maison et chaussures (TLC) que l’on dépose dans les containers verts de Tremplin ?

 

Catherine Dumas : « Tout d’abord, il y a certaines règles à respecter pour le dépôt des TLC. Il est possible de déposer tous les textiles et chaussures, même usés ou déchirés, à conditions qu’ils soient propres et secs, dans l’un des 120 containers verts de Tremplin. Le linge de maison (draps, rideaux, oreillers ...) est aussi accepté. Au contraire, les articles humides, moisis ou souillés (par du sang, de l’huile, de la peinture ...) doivent être apportés en déchèterie (et surtout pas jetés dans la poubelle). En outre, les sacs doivent être fermés avant d’être déposés dans les containers (ne rien laisser sur la voie publique, à cause du vandalisme), et les chaussures attachées par paire.

 

Ensuite, les employés de Tremplin viennent collecter les TLC (chaque container est vidé au moins une fois par semaine). Leur contenu est envoyé dans l’atelier de Tremplin : les TLC sont alors pesés puis triés manuellement, par catégories puis en fonction de leur état. Une partie de ces textiles, chaussures et linges de maison sera revendue dans l’une des deux boutiques de l’association (Frip’One et O’fil du Temps), avec un éventuel passage dans l’atelier de couture. L’autre partie est revendue à un industriel pour être recyclée (principalement sous forme d’isolant thermique et de chiffons d'essuyage).

 

Boutique FripOne light

La boutique Frip'One propose un large choix de vêtements, chaussures, linges de maison et accessoires ©Tremplin

 

Le large choix d’articles et leurs petits prix attirent des publics très variés dans les boutiques de Tremplin. Par exemple, Frip’One est une friperie de 650m2 qui regroupe 3 espaces :

- Vêtements et accessoires de mode actuelle

- Belles pièces et grandes marques, ainsi que les créations de l’atelier de couture

- Braderie (tout à 1€)

Sans oublier le linge de maison, les robes de mariées, les articles vintage, les chaussures, la maroquinerie ...

 

Quels sont les objectifs de Tremplin dans le cadre du nouveau contrat d’objectif pour la réduction des déchets et l’économie circulaire (CODEC)* ?

 

Catherine Dumas : « Tremplin est engagé aux côtés d'Organom dans le cadre du CODEC. En effet, l’association est déjà actrice de l’économie circulaire, avec plus de 90% des textiles valorisés. En 2018, l’association s’engage dans une nouvelle étape de professionnalisation afin d’obtenir une labélisation supplémentaire pour son centre de tri. Cette labellisation d’Eco-TLC confortera le processus industriel et la pertinence du modèle technique développé par Tremplin afin d’optimiser le tri au service du réemploi local. C’est la particularité de Tremplin que d’organiser tout le processus de tri en ciblant les besoins locaux des habitants, quand d’autres collecteurs dirigent l’essentiel de leur activité vers la vente à l’international (essentiellement les pays d’Afrique). Cette professionnalisation sera un gage supplémentaire de qualité en direction des collectivités et un gage de parcours emploi réussi pour les salariés de Tremplin. Par ailleurs, l’association recherche activement des solutions locales pour la filière « recyclage des TLC ». En effet, la filière dépend encore largement d’un marché international déformé par le dumping social de certains pays (pour le moment, ils sont majoritairement envoyés en Inde, qui bénéficie d’une main d’œuvre très bon marché ...). Les conditions de fonctionnement de ce marché bloquent tout développement d’activité de recyclage en France : il est toujours moins cher d’importer du Tiers monde du textile neuf, que de recycler en local du textile usager ! Enfin, Tremplin va continuer à installer de nouveaux containers et communiquer davantage pour augmenter la collecte. »

 

*Le CODEC est un programme d’actions porté par Organom qui vise la réduction et la valorisation des déchets ainsi que la création d’une dynamique autour de l’économie circulaire. Il s’étend sur la période 2018-2020 et bénéficie de subventions de l’Ademe.

 

Propos recueillis par Sébastien MARQUES, le 22 mars 2018

 

 

En continuant votre navigation vous acceptez l'utilisation de cookies sur le site internet Organom